En Belgique,le SALT ne se dit pas,il se montre

En Belgique, le SALT ne se dit pas, il se montre…

 

C’est une des leçons apprises lors du week-end à l’auberge de Taverneux, le 03/12 et 04/12/2010.

S’il est vrai qu’on peut apprécier les forces de la communauté en posant des questions, il  est d’autant plus facile de les apprécier à travers une activité avec l’individu ou la communauté.

 

Dans le cadre d’un partenariat entre le centre Croix-Rouge pour demandeurs d’asile de Beho, dans la province de Luxembourg en Belgique, douze résidents ont momentanément migré vers l’auberge de Taverneux pour y rencontrer trois facilitateurs de BelCompetence. La rencontre a été de deux jours.

 

L’objectif était de mieux prendre connaissance avec l’approche de Constellation/Belcompetence, afin de l’appliquer dans la communauté de Beho à travers un projet commun sur une période déterminée.

 

Ce fut un moment d’apprécier les forces des uns et des autres et de la communauté de Beho plus spécifiquement. Cette appréciation s’est faite à travers la préparation et le partage d’un repas. Le menu a été préparé ensemble. Les courses ont été faites par ceux qui s’y connaissent, la préparation en groupe dans une atmosphère d’échange. Une réelle solidarité était observée, une vision commune de la vie communautaire. « Je ne savais pas qu’on pouvait faire la cuisine à 10 et réussir ».a dit un participant. La disposition de la table ne permettant pas à chacun de se servir comme à la table occidentale, les convives ont spontanément trouvé une solution, chacun a servi l’autre, un espace communautaire extraordinaire. « J’ai eu l’image   de Chinois assis en cercle autour d’un plat de riz avec de longues baguettes entrain de mourir de faim. Chacun voulant se servir de sa baquette, il causait de gros ennui à côté. Un facilitateur de Belcompetence les sauve en les amenant à ravitailler son voisin en face et mutuellement. Le sourire est revenu à table », a raconté un participant.

 

Le moment le plus fort fut celui d’une causerie spontanée entre deux partenaires qui ne se parlent pas fréquemment. A la fin de la séance de « confession sans confessant ni confessé », chacun devait partager au groupe les forces qu’il a découvert chez son partenaire. « Si on m’avait demandé de raconter mes forces, je me demande ce que j’aurais dit, je n’aime pas répondre aux questions, j’ai montré qui je suis, l’autre a vu qui j’étais » a confié un participant. Un autre de dire : « Lorsque mon partenaire a parlé des mes forces, ce fut un moment d’émotion parce que je ne savais pas que j’avais des forces en moi. En tant que demandeur d’asile, je suis habitué à parler de mes problèmes, c’est la première fois que j’avais à parler de forces. J’ai la sensation de revivre, de repartir dans un projet de vie » a témoigné un participant.

 

Le SALT « sans questions » a tellement réussi que lorsqu’à la fin nous avons posé la question aux participants : qui veut suivre le blended Learning pour être facilitateur de l’approche ?les douze ont levé le bras. « Je veux aller plus loin, je veux contribuer à ce que le « vivre ensemble, autrement » soit une devise de notre communauté, des environs et de la Belgique ». a dit un participant.

La richesse du SALT c’est ça, c’est de n’être pas toujours la même chose.

 

Views: 91

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Farellia on January 14, 2011 at 2:35pm

Wahou! J'adore ce partage. C'est très émouvant. Et je reconnais les grands talents de conteur et de philosophe de Louis- Marie... Comme dans toute approche humaine -et la socio-anthropologie* en a fait la classification- on peut connaître l'autre par le questionnement (*du plus rigide questionnaire à la plus souple discussion semi-structurée ou entretien libre) ou par la présence (*l'observation active, la participation au quotidien de l'autre)...
D'ailleurs, ça me fait penser à ce fabuleux débat sur la grille d'auto-évaluation : ceux qui aiment cadrer la discussion en l'utilisant, ceux qui ne préfèrent pas, ou juste une peu...
Quoi qu'il en soit, pour moi, le plus important de ce récit c'est que tout le monde (ceux qui étaient là et ceux qui te lisent) y trouve de la joie, de l’humanité, de l'énergie.
Merci Louis-Marie!

Comment by Gaston on December 23, 2010 at 2:11pm
Excellent et tellement bien raconte! Je pense cet exercise doit figurer dans notre 'manuel des exercises de presentations'! Tu as tres bien explique pourquoi.
Comment by Jean-Louis Lamboray on December 22, 2010 at 12:06am

Mon  frère,

Ton message, j'en ai les larmes aux yeux!

Pour démontrer ce qu'est le SALT, il n'est pas besoin de faire des visites d'une communauté.

Nous pouvons le vivre ensemble là où nous sommes.

Merci

JL

Comment by Laurence Gilliot on December 20, 2010 at 3:04pm

Louis Marie, ton partage est magnifique. Cela remet aussi en question la manière dont on applique l'approche SALT. Cela fait quelque temps que je me dis que l'approche SALT, ce n'est pas nécessairement 'FAIRE', toujours faire, mais aussi ETRE ensemble sans devoir passer à l'action...

 

Laurence

About

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. https://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2018   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service