Il y trois semaines, notre équipe SALT a rendu visite à Asha Jyoti, un centre d’accueil et de soins pour les personnes vivant avec le SIDA. Rien ne m’a préparé à ce qui allait suivre, car cette visite allait faire éclater en morceaux ma conception de l'organisation des soins de santé. Je cherche encore à comprendre ce que j'ai vu, entendu et ressenti.

Nous avons voyagé de Koppal
à Kushtagi, à environ 40 minutes, à travers les champs de riz, de millet et de canne à sucre. En chemin, notre voiture roulait sur le mil répandu sur la route, les roues remplaçant le travail des femmes qui auraient dû battre le grain pendant des heures….Le centre est situé à quelques centaines de mètres de la route principale, pas assez loin pour être à l'abri des klaxons continus des camions, mais assez près de la nature pour entendre le chant des oiseaux. A gauche, nous découvrons un petit bâtiment en pierre, le dispensaire. Derrière une haie de bougainvilliers, un ensemble de petits bâtiments, certains d'entre eux avec des toits de chaume. Un peu plus loin se trouve une construction polygonale, son toit de tuiles descendant quasi jusqu’au sol. Ce sont les salles d’hospitalisation, un bâtiment administratif et la cuisine. Les gens se reposent dans la prairie proche et y mettent leur lessive à sécher. Le tout s’intègre parfaitement dans le paysage.

Bientôt, nous sommes invités dans une grande rotonde au toit de chaume et notre conversation commence. Les patients, le personnel, la famille, prennent la parole à tour de rôle pour partager leur expérience. «Malgré les soins de nombreuses cliniques qui m’ont fourni ma thérapie anti rétro virale, j'étais sur le point de mourir. Puis, quelqu'un m'a parlé d’Asha Jyoti et j'ai décidé d’essayer une dernière fois. C’est ici que tout a changé. Les gens prennent tellement soin les uns des autres, que j'ai commencé à revivre et à espérer ! "

«Je suis un chauffeur de camion», dit un homme.«Je suis ici pour aider ma femme qui se remet lentement du sida. Quand j'ai besoin d'aller à mon travail, je peux partir en paix, car je sais que les membres de la famille des autres patients aideront mon épouse ".

«Lorsque ma famille m'a rejetée, j'étais désespérée. Mais ici, j'ai trouvé une nouvelle famille. Je peux toujours revenir ici quand mon moral est bas ... "

«Une mère est venue ici, très malade, avec son enfant de 5 ans. Ce dernier lui apportait chaque jour un peu de yaourt, mais la mère refusait de le prendre, car elle se sentait trop faible pour absorber même ce peu de liquide. L'enfant alla s'asseoir sous un arbre et a commencé une grève de la faim. Les membres de la communauté l’ont remarqué et lui ont demandé le motif de cette grève .L'enfant a répondu qu’il mangerait à nouveau lorsque sa mère recommencerait à se nourrir. Lorsque la maman a appris le geste de son fils, elle a recommencé à manger et a récupéré. "

Les gens se pressent pour nous parler de leur amour les uns pour les autres. C'est peu dire que l’endroit est merveilleux! Je demande aux membres du personnel: « L’ambiance à Asha Jyoti est si différente de celle que j’ai connue dans les centres que j'ai visités au cours de ces 40 dernières années. Quel est votre secret?"

Une dame répond:« Avant, je croyais connaître les principaux besoins de nos clients. Pour répondre à ces besoins, je cochais une à une les cases d'une liste standard de tâches à accomplir. Mais un jour, deux sœurs sont venues au centre, l'aînée était très malade et affectée par le décès récent de leur mère. La sœur cadette a compris qu'elle devait d'abord aider sa sœur aînée à faire son deuil et a commencé à prendre soin d'elle. Elle l’a prise sur ses genoux et l’a bercée comme si sa soeur était son propre enfant. Depuis, je ne suppose plus que je connais les besoins de mes clients. Pour que les soins portent leurs fruits, il faut que je sois attentive à leurs vrais besoins ".

Après la réunion, je rends visite au médecin du centre. Un homme un peu plus jeune que moi, le Dr Anna Rao me dit avec fierté qu'il vient de passer l’examen de médecine du sida, une épreuve difficile, après des cours à distance entrecoupés de sessions face-à-face. Après l’entretien nous sommes allés déjeuner en plein air avec les patients, le personnel et les membres des familles et nous avons parlé de la vie ...

Le Dr Rao est un expert qui connaît sa place. Il sait tout sur la prescription des médicaments du SIDA: le pourquoi, le comment, le quand. Mais il ne se comporte pas comme le patron du lieu. Au contraire, il se fond dans la communauté de Asha Jyoti, afin que chaque client obtienne un maximum de chances pour récupérer complètement.

Jusqu'à présent, j'avais toujours conçu l'infirmière ou le médecin comme la personne en charge du centre de santé. Maintenant je me pose la question: pourquoi ne pas organiser chaque clinique, chaque hôpital, et chaque institution de soins comme Asha Jyoti? Si c'est ce que nous voulons, nous les les clients et les citoyens, pourquoi n’y arriverions-nous pas?

Views: 18

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Younoussa Diarra on November 22, 2010 at 9:06pm
Asha jyoti me rappelle le centre des ''Soeurs unies pour Christ'' de Sébénikoro à Bamako où les malades retrouvent la chaleur familiale, l'amour du prochain, la vie en groupe, la compréhension de l'autre. A la question ''pourquoi n'y arriverions-nous pas?'' c'est parce que nous avions pas encore voulu et essayé.

About

Constellation: who are we

Constellation vidéo, where we journey in less then 2 minutes from space, through nature, to villages, in homes and back while exploring what the Constellation stands for. Thank YOU for being part of it. 

Social Media

Website: www.communitylifecompetence.org

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1

Instagram: constellationclcp

Youtube channel: The Constellation SALT-CLCP



© 2019   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service