For me the S for Stimulating in SALT reminds me of Appreciative Inquiry (AI): what (behavior, routine, way of working) is already going well (even if it happens irregularily or not so often), and how can we stimulate its occurrence to spread or increase?

A few days ago Ayan (former refugee from Somalia) and I were visiting a community of single men that live together temporarily in a housing facility that the local government provided for them, while waiting for their new, individual appartments to become available.

They are (former) refugees with a temporary residence permit. They had been complaining about the building not being clean, so they had made a cleaning roster for daily cleaning. Most of the men were now cleaning, except two who didn't do their part of the chores. The conversation went to the fact that two people hadn't cleaned, and later I realized we hadn't addressed the fact that there has been a lot of improvement due to their initiative and self-organization: initially only three residents were cleaning the house, and now - thanks to the roster - five or six did their chores. 

The fact that the conversation went to the remaining problem instead of the improvement that had taken place, is a very common phenomenon. Even after having been involved with AI and SALT for several years, I still notice how  I  tend to focus on problems, on lack or deficit.  This is why we work in facilitation teams: to remind each other of looking for what DID work well. When one of us forgets to voice appreciation, the other one can jump in. And after the meeting we can reflect together as facilitation team. That's how we become aware of our habits together, e.g. the habit of focusing on problems.

Luckily, we were able to move the attention to generating creative solutions.

The biggest theme in the group was moving from looking for external authority, to taking charge and leadership within the group. The initiative to make a cleaning roster was the most visible example of leadership and ownership. What will happen next is that two residents will become spokespersons, representatives of the group who will talk to the external authority (the caretaker assigned by the local government) about suggestions for improvements. 

The current arrangement is that residents pay for someone cleaning the house two days a week. They will discuss the option that this person doesn't come anymore to clean, and that the residents who do the daily cleaning will be paid from the money formerly paid to this janitor. That way, not everybody has to be part of the roster, and the residents that do the work will be paid by the ones who choose not to contribute. 

We left the meeting congratulating the men for their positive contribution to the group, and thanked them for their leadership. 

One week later:

As agreed, we, from the Dutch Council for Refugees, received a letter from one of the leaders who will now be a spokesperson: he collected signatures from all residents who support his role as a spokesperson. We received the letter with signatures a couple of days BEFORE the date we agreed upon. This indicates, I think, that genuine ownership has been established for this action point. 

The spokesperson speaks a little bit of Dutch, his native language is Arabic. A volunteer from Iraq, a former refugee who speaks Dutch as well as Arabic, will assist the spokesperson in the regular meetings with the caretaker and the local government. Our intention is to incorporate the SALT approach in the role of intermediate/translator: not taking over responsibility, but assisting in such way that the other person grows in self-confidence and skills. A way of helping that keeps human dignity intact. 

Views: 96

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Margot on January 19, 2018 at 2:05pm

This is a beautiful and inspiring story Birgitta! Thank you. Since I'm just in the beginning of the SALT-course this helps a lot to understand what our purpose is and how the proces can go. 

Comment by Marie Lamboray on January 18, 2018 at 8:50pm

traduction:

Pour moi le S de Stimuler dans l’acronyme SALT me rappelle l'Appreciative Inquiry (AI): Quel comportement, quelle routine, quelle façon de travailler se passe déjà bien (même si cela arrive irrégulièrement ou pas très souvent), et comment pouvons-nous en stimuler l'occurrence, l’étendre ou l’augmenter?

Il y a quelques jours, Ayan (ancienne réfugiée de Somalie) et moi-même rendions visite à une communauté d'hommes célibataires qui vivent ensemble temporairement dans un logement que le gouvernement local leur a fourni, en attendant que leurs nouveaux appartements individuels soient disponibles.

Ce sont des (anciens) réfugiés avec un permis de séjour temporaire. Ils se plaignaient que le bâtiment n'était pas propre, alors ils ont mis en place un tour de rôle pour le nettoyage quotidien. La plupart des hommes participaient au nettoyage, sauf deux qui ne faisaient pas leur part des corvées. La conversation a porté sur le fait que deux personnes n'avaient pas nettoyé, et plus tard j'ai réalisé que nous n'avions pas parlé du fait qu'il y avait eu beaucoup d'amélioration : leur initiative et de leur auto-organisation. Initialement seuls trois résidents nettoyaient la maison, et maintenant - grâce au tour de rôle - cinq ou six effectuaient leurs corvées.

Le fait que la conversation ait tourné autour du problème au lieu de l'amélioration qui a eu lieu est un phénomène très courant. Même après avoir été impliqué avec AI et SALT depuis plusieurs années, je remarque encore que j'ai tendance à me concentrer sur les problèmes, sur le manque ou le déficit. C'est pourquoi nous travaillons en équipes de facilitation : nous rappeler les uns les autres de chercher ce qui fonctionne bien. Lorsque l'un d'entre nous oublie d'exprimer son appréciation, l'autre peut intervenir. Et après la réunion, nous pouvons réfléchir ensemble en tant qu'équipe de facilitation. C'est ainsi que nous prenons conscience de nos habitudes ensemble, par ex. l'habitude de se concentrer sur les problèmes.

Heureusement, nous avons réussi à attirer l'attention sur la création de solutions créatives.

La plus grande préoccupation du groupe était de passer de l’habitude de rechercher l'autorité externe à la prise en charge et au leadership au sein du groupe. L'initiative de créer un tour de rôle de nettoyage était l'exemple le plus visible de leadership et de prise en charge. Ensuite, deux résidents deviendront des porte-parole, des représentants du groupe qui parleront à l'autorité externe (la personne responsable assignée par le gouvernement local) des suggestions d'améliorations.

L'arrangement actuel est que les résidents paient pour quelqu'un qui nettoie la maison deux jours par semaine. Ils discutent de l’idée que cette personne ne vienne plus nettoyer, et que les résidents qui effectuent le nettoyage quotidien soient payés à partir de l'argent précédemment versé à ce concierge. De cette façon, tout le monde ne doit pas faire partie du tour de rôle, et les résidents qui font le travail seront payés par ceux qui choisissent de ne pas contribuer.

Nous avons quitté la réunion en félicitant les hommes pour leur contribution positive au groupe, et les avons remerciés pour leur leadership.

Une semaine plus tard :

Comme convenu, nous, du Conseil néerlandais pour les réfugiés, avons reçu une lettre de l'un des leaders qui sera désormais porte-parole du groupe : il a recueilli les signatures de tous les résidents qui soutiennent son rôle de porte-parole. Nous avons reçu la lettre avec des signatures quelques jours avant la date à laquelle nous nous étions mis d'accord. Cela indique, je pense, qu'une véritable appropriation a été établie pour ce point d'action.

 

Le porte-parole parle un peu de néerlandais, sa langue maternelle est l'arabe. Un volontaire irakien, ancien réfugié parlant aussi bien le néerlandais que l'arabe, assistera le porte-parole lors des réunions régulières avec la personne responsable et le gouvernement local. Notre intention est d'intégrer l'approche SALT dans le rôle de l’intermédiaire/traducteur : ne pas prendre en charge la responsabilité, mais aider de telle sorte que l'autre personne progresse dans la confiance en soi et les compétences. Une façon d'aider qui garde la dignité humaine intacte.

A partir de Google Translate

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. http://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2018   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service