People know best how to solve own issues: Ban Pang Lao community shifting away from donor funding

Submitted by Amber Phalen, Interim Key Correspondent Coordinator, Health & Development Networks (HDN). Originally posted: http://healthdev.net/site/post.php?s=3961

In the Ban Pang Lao community, a shift is taking place. This shift from reliance on donor funding and NGO support towards greater self-sufficiency is promoting greater sustainability and the power of a community, through dialogue, to determine their own short- and long-term solutions to problems within.

“Most of our problems are external, or coming from outside our community,” says a soft-spoken A-jarn (teacher) named Sumalee Wanarat. “The only thing we can do is manage and strengthen ourselves from the inside. Sometimes we have to shift our way of thinking within the community,” she continues with a gentle smile.

Sumalee has lived in Ban Pang Lao, located in Maekaotom sub-district, Muang district, about 25 kms from Chiang Rai city, northern Thailand, for over 14 years. She is a relative newcomer to this community of approximately 1,500 members originally from the Isaan province to the northeast. The community is about 30 years old and comprised of mostly farmers who migrated to this predominantly Lanna area during a massive drought in Isaan.

The exposure to this new area and the increase in movement of the community itself brought new issues in focus, including HIV and AIDS, drug use, and a “brain drain” of the community’s youth seeking work in larger city centres like Chiang Rai, Chiang Mai, and Bangkok. According to a 2006 report on the global AIDS epidemic by UNAIDS and WHO, the prevalence rate of HIV and AIDS was 1.4 per cent in 2005, down from nearly 18 per cent in 1991 in the northern Thailand area.

Sumalee brought a unique perspective as a relative outsider to the community. She was able to see the problems that the community was facing from a more objective standpoint and help the community to start a model of community-based care and prevention for people living with HIV and AIDS (PLHIV/PHA) in 1994, especially focusing on the youth of the community in her education and information provision efforts.

“In the beginning, the other community members didn’t realise AIDS, migration and drugs were such serious issues,” Sumalee says of the early community-wide discussions sessions that she helped organise and coordinate. “This changed when they were all encouraged to come together to discuss.”

She and others in the community worked voluntarily and tirelessly to start the various projects they collectively imagined.

At that time, according to Sumalee, the biggest issue was AIDS. The message that the government was promoting was “You will die for sure from this.” Stigma against PLHIV and PHA resulted in the community and Sumalee saw her goal of creating more understanding in the community. “This is a more difficult task than just providing information,” she says.

The activities implemented in this community-based care and prevention model include a Youth United to Prevent AIDS project, a Network to Help the PHAs project, counselling services, a Community Fights Against Drug Use Problem project, and many other projects aimed at strengthening the community’s response to HIV and AIDS. The initiative was originally funded by various donors and government organisations, including Save the Children’s Fund-UK, Thailand’s National Council for Youth Development (NCYD), amongst others. This funding led to an expansion of the projects to a broader area that included an additional 20 neighbouring villages.

The community now has a three-year-old Organic Fertilizer Group that was started with no funding, a Housewives Group that does much of the community’s weaving and sewing, as well as a Savings Group that is also run and capitally funded by the Housewives Group.

After the community gained some notoriety for their successes in implementing these and many other projects, more donor and NGO support was offered. However Sumalee contends that the short-term contracts offered by these organisations and donors leads to discontinuity. She points out that this structure makes it hard to gather a body of knowledge based in the community and that funding can steer a community or group towards mandates that are not internally determined by the community itself.

To move towards self-funding, the community began doing their own fundraising. This was due to wanting to be independent and be able to create sustainable changes in the community. “It’s also so much easier to see the capacity much better within the community without donor or NGO involvement,” says Sumalee.

Where Sumalee and the community see the real value in NGO, donor, and government involvement is within the regular discussions taking place at the community level. “The body of knowledge comes from when people come together from neighbouring areas,” Sumalee says of the monthly meetings in which all community members and neighbours are invited to contribute equally. She continues to say that these discussions are mainly to talk and exchange information about what is happening in the area. NGOs are also often invited to participate. “NGOs present will ask for more info – to learn lessons together as a bigger community,” she says. “Sharing and learning together is more important than hardcopy paper and project reports.”

When the discussion forum began, it was an organised event requiring planning and coordination but now the regular meeting is formalised. Once a month the groups come together to discuss immediate issues but also work together to seek long-term solutions to these. This is done by identifying the core of the issues and by using their community-based networks to deal with these.

Sumalee and the community groups see many new opportunities in working with NGOs and funders, and by the inclusion of these organisations in the discussions.

“It is better for policy people to come to the community and have these community experiences inform policies,” says Sumalee. “There is a change in the way NGOs, communities and governments can work together. Five years ago NGOs and communities spoke different languages. Once they get together they can link and work together.”

With these discussion forums, the Ban Pang Lao community feels that people have space to express their experiences to the government level. “The community can speak to those at the policy level,” Sumalee states. She points to a recent interaction between the community groups and a harm reduction-focused NGO. The NGO was invited to take part in the discussions and actually learned more from the community in terms of moving forward on policy engagement and advocacy efforts.

“The hardest part in all of this was to change my own way of thinking,” Sumalee admits. “I had to listen to the community.” As a teacher she says that she was trained to tell people what to do, or “educate” them. “On many issues, people in the community know best how to solve their own issues and problems.”

With this learning and continued efforts and dialogue with and between the community members, NGOs, donors, and government organisations, the community now continues to move towards, and take pride in, their own self-sufficiency and self-reliance – the main ingredients for effective and sustainable community development.

Views: 139

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Marie Lamboray on July 14, 2015 at 3:03pm

Traduction (et insert d'intertitres)

Les problèmes sont le mieux résolus par ceux qui les rencontrent : la communauté de Ban Pang Lao ne veut plus dépendre de financements externes 

Dans la communauté Ban Pang Lao, un changement a lieu : de moins en moins dépendante de financements de donateurs et de l'appui des ONG, la communauté acquiert une plus grande autonomie, le pouvoir d’apporter, grâce au dialogue, ses propres solutions à court et à long terme à ses problèmes, et elle assure la pérennité de ses actions.

« La plupart de nos problèmes sont externes, ou viennent de l'extérieur de notre communauté », affirme de sa voix douce l’A-jarn (professeur) Sumalee Wanarat. « La seule chose que nous pouvons faire est de gérer et de renforcer notre communauté de l'intérieur. Parfois, nous devons changer notre façon de penser au sein de la communauté », poursuit-elle avec un doux sourire.

Sumalee a vécu plus de 14 ans à Ban Pang Lao, située dans sous-district de Maekaotom, district de Muang, à environ 25 kms de la ville de Chiang Rai, au nord de la Thaïlande. Elle est une nouvelle arrivante comparée aux autres membres de cette communauté d'environ 1500 membres originaires de la province Isaan au nord-est. La communauté a environ 30 ans. Elle est composée surtout de paysans qui ont migré, chassés d’Isaan par la sécheresse, dans cette région majoritairement Lanna.

La confrontation à ce nouveau lieu de vie et l’augmentation des déplacements a mis en avant de nouveau enjeux, y compris le VIH et le SIDA, la consommation de drogues, et une « fuite des cerveaux » des jeunes de la collectivité, partis chercher du travail dans de plus grandes villes comme Chiang Rai, Chiang Mai et Bangkok. Selon un rapport sur l'épidémie mondiale du sida, publié en 2006 par l'ONUSIDA et l'OMS, le taux de prévalence du VIH et du sida est tombé de était de 18 % en 1991 à 1,4 % en 2005 dans le nord de la Thaïlande.

 

[Stimulation : par une personne externe ; Une personne plus récemment installée dans la communauté]

Sumalee a apporté à la communauté une perspective unique en tant qu’outsider. Elle était capable de voir de manière plus objective les problèmes auxquels la communauté était confrontée. En 1994, elle a aidé la communauté à lancer un système de soins et de prévention communautaires pour les personnes vivant avec le VIH et le sida (PVVIH / PVS), en s’investissant surtout pour les jeunes dans son travail d’éducation et d’information.

 

[Stimulation :  La communauté se réunit et discute]

« Au début, les membres de la communauté ne se rendaient pas compte à quel point le sida, l’émigration et les drogues constituaient des menaces sérieuses à son encontre », dit Sumalee à propos des premières séances de discussions à l'échelle communautaire qu'elle a aidé à organiser et à coordonner. « Cela a changé quand ils ont tous été invités à se réunir pour discuter. »

Sumalee et d'autres personnes de la communauté ont travaillé de façon bénévole et sans relâche pour lancer les différents projets qu'ils avaient imaginé ensemble.

À cette époque, selon Sumalee, le plus gros problème était le sida. Le message promu par le gouvernement était : « Tu en mourras à coup sûr. » Cela a conduit à la stigmatisation des PVVIH et des PHA de la communauté et Sumalee a eu un nouvel son objectif : créer plus de compréhension dans la communauté. « C'est une tâche plus difficile que de simplement fournir de l'information », dit-elle.

 

[Actions]

Les activités mises en œuvre par ce système de soins et de prévention communautaires comprennent un projet d’association des jeunes face au sida, un réseau d’entraide aux PVVIH, des services d’assistance, un projet de lutte communautaire dans le cadre de la problématique de l’usage de la drogue, et de nombreux autres projets visant à renforcer la réponse de la communauté face au VIH et au sida. L'initiative a été initialement financée par divers donateurs et des organismes gouvernementaux, y compris Save the Children Fund-Royaume-Uni, le Conseil national pour le développement de la jeunesse (NCYD) thaï, parmi d'autres. Ce financement a conduit à l’expansion des projets sur une zone plus large qui comprend 20 villages voisins de plus.

La communauté a aujourd’hui une association qui produit de l’engrais organique, lancée sans financement il y a trois ans, un groupe de femmes qui réalise la plupart des travaux de tissage et de couture de la communauté et qui gère et finance un groupe d'épargne.

 

[Changer le regard : Désavantages pour la communauté liés à l’aide temporaire externe]

Lorsque la communauté a acquis une certaine notoriété pour la mise en œuvre réussie de ces projets et bien d'autres, elle a reçu encore plus d’offres de donateurs et de soutien des ONG. Cependant, Sumalee soutient que les contrats à court terme offerts par ces organismes et par les donateurs impliquent [1] un manque de continuité. Elle souligne que, dans cette structure, [2] il est difficile de rassembler les connaissances acquise par la communauté et que [3] ce type de financement peut orienter une communauté ou un groupe vers des mandats qui ne sont pas déterminé en interne par la communauté elle-même.

Pour s’orienter vers l'autofinancement, la communauté a commencé à faire sa propre collecte de fonds. Cette démarche a été stimulée par le désir d'être indépendant et d’être capable de créer des changements durables dans la communauté. « Sans l’intervention des donateurs ou des ONG, [4] il est aussi beaucoup plus facile d’identifier les capacités locales », explique Sumalee.

 

[Changer le regard: De local à global; les expériences communautaires éclairent les politiques] 

Sumalee et la communauté trouvent par contre intéressantes les discussions régulières au niveau communautaire avec des ONG, des donateurs et le gouvernement. « Le savoir se construit lorsque des gens de régions voisines se réunissent », explique Sumalee à propos des réunions mensuelles auxquelles tous les membres de la communauté et les voisins sont invités à contribuer d’égal à égal. Elle ajoute que ces discussions servent principalement à parler de ce qui se passe dans la région et à échanger des informations à ce sujet. Les ONG sont aussi souvent invitées à y participer. « Les ONG présentes demandent plus d'information et cela nous permet d’apprendandre en tant que communauté élargie », dit-elle. « Partager et apprendre ensemble est plus important que les papiers et les rapports de projet. »

Quand le forum de discussion a été lancé, c’était un événement organisé qui nécessitait planification et coordination, mais maintenant la réunion ordinaire est formalisée. Une fois par mois, les groupes de se réunissent pour discuter des problèmes immédiats, mais aussi pour travailler ensemble à la résolution durable de ces derniers. Il s’agit d’identifier la nature du problème et de mobiliser leurs réseaux communautaires pour y faire face.

Sumalee et les groupes communautaires identifient beaucoup de nouvelles opportunités en travaillant avec les ONG et les bailleurs de fonds, et en les incluant dans les discussions.

« Il vaut mieux que les personnes politiques rencontrent la communauté et qu’ils fassent en sorte que l’expérience communautaire informe la politique», affirme Sumalee. « Il y a un changement dans la façon dont les ONG, les communautés et les gouvernements travaillent ensemble. Il y a cinq ans, les ONG et les communautés ne parlaient pas le même langage. Une fois qu'ils se rencontrent, ils peuvent communiquer et travailler ensemble. »

Avec ces forums de discussion, la communauté de Ban Pang Lao a le sentiment que les gens ont un espace d’expression où leur expérience est transmise au niveau du gouvernement. « La communauté peut parler à des personnes engagées dans la politique », dit Sumalee. Elle cite une interaction récente entre les groupes communautaires et une ONG spécialisée dans la réduction des risques. L'ONG avait été invitée à prendre part aux discussions et elle a en fait plus appris de la communauté que l’inverse sur l'engagement politique proactif et les efforts de plaidoyer.

[Changer de regard: D’expert à humain; une institutrice réapprend à écouter]

« Le plus difficile dans tout cela a été de changer ma façon de penser », admet Sumalee. « Je devais écouter la communauté. » En tant que professeur, elle dit avoir été formée pour dire aux gens ce qu’ils devaient faire, ou pour les «éduquer». « Sur de nombreuses questions, les gens de la communauté savent mieux que quiconque comment résoudre leurs problèmes. »

Avec cet apprentissage, la persévérance et le dialogue continu avec et entre les membres de la communauté, les ONG, les donateurs et les organisations gouvernementales, la communauté continue aujourd'hui d'aller de l’avant, fière de son autosuffisance et de son autonomie −  les principaux ingrédients d’un développement communautaire durable et efficace.

 

Comment by Afsar Syed Mohammad on September 27, 2012 at 9:06pm

Dear Amber,

thank you very much for sharing this every enriching experience of community ownership, moving away from dependance on donor funds but still finding a role for partnership with different agencies.

warm regards
Mohammad Afsar

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. http://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2018   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service