Rêver la cohésion sociale à Bruxelles- de jeunes aventuriers à la découverte du vivre ensemble!

Il y a un an et demi nous avons rêvé…

Rêvé d’un monde ou mixité serait synonyme de créativité, et diversité d’unité… Rêvé que les jeunes gens de nos villes occidentales soient les acteurs principaux d’une redéfinition de notre identité collective, les auteurs d’un nouveau mythe fondateur, pluriel et en mouvement perpétuel, inclusif et bousculant.

Ce rêve spécifique a commencé dans le cœur et l’esprit de deux personnes, Thierry Sanchez et moi-même, mais ses fondements nous précédaient de loin, et de nombreuses personnes œuvraient depuis des années à faire advenir dans le monde un mouvement pour « inspirer et être inspiré » par des personnes qui auraient décidé de mettre leurs talents/forces/qualités au service de notre devenir collectif en tant qu’êtres humains ; j’ai nommée l’association Talent for Humanity.

Au fil des semaines et des mois, notre rêve s’est précisé, et d’autres personnes se sont mises à rêver avec nous, et à contribuer à l’aventure de leurs talents respectifs.

Il y eut deux professeures, grandes amies de cœur, Constance De Keyzer et Ilham Fariss, qui elles aussi rêvaient que les jeunes de leur école à Schaerbeek puissent être des moteurs de changement pour la société, et entrent dans une aventure humaine de déconstruction de leurs préjugés.

Il y eut Laurie, facilitatrice rigoureuse et créative, Isabelle, animatrice mindfulness dont la seule voix invite à se reconnecter à notre essentiel, ou encore Jean-François qui posa son œil d’artiste au grand cœur sur les jeunes tout au long du chemin (son médium de prédilection : le film !), Antoine qui de sa ténacité nous aida à rassembler le soutien financier nécessaire pour faire éclore le projet, et enfin Pascal le « grand frère » artistique de Jean-François qui passa de longues heures avec lui pour créer la vidéo de lancement,…

Il y eut aussi Valérie, « ensoignante » à la double casquette : professeure de sciences sociales et coach pour adolescents, qui rejoignit l’aventure avec les 16 élèves de sa classe à Woluwé et dont l’enthousiasme fougueux finit par entraîner son amie et collègue Stéphanie dans la foulée, qui mena sa barque d’élèves de Sciences économiques pour soutenir la campagne de financement participatif lancée par Antoine !

Et enfin Diego, compagnon de Laurie et violoncelliste Brésilien, dont l'histoire, le talent et la ténacité ont tant inspiré les jeunes, dont il a été le "parrain" symbolique toute cette année durant! Nous avons débuté les Ateliers avec lui, et sa "lettre à l'humanité" écrite et jouée en tandem avec sa dulcinée a profondément inspiré les jeunes à transformer leurs difficultés en force, et à trouver ces "anges" placés sur leur chemin pour les aider à grandir, et pour continuer à croire en eux et en leurs rêves...

Il y eut 175 personnes qui ont cru en ces jeunes et en leur capacité à devenir des acteurs de changement pour leur monde et le monde ! Ils nous ont soutenus de leurs deniers, formant ensemble une grande chaîne de solidarité.

Et surtout, il y eut 34 jeunes extraordinaires qui trouvèrent en leur cœur le courage de surmonter leurs peurs et de s'avancer avec authenticité et vulnérabilité à la rencontre des autres :Sofie, Ilham, Ambre, Théo, Romane, Manon, Mohammed, Léa, Elisa, Steffany, Candice, Wassim, Nora, Chelsea, Daniela, Jonathan, Yassine, Soukaina, Dina, Aurore, Fatos , Stéphanie, Ibtissam, Ilham, Cem, Ermira, Manal , Chana, Lina, Chaima, Nabil, Rémy, Hanae et Firdaws !

Ce rêve porte un nom : Les Ateliers de la Lettre à l’Humanité.

Les ateliers ont débuté en janvier, par un cycle dans chaque école séparément. Les jeunes y ont exploré leur regard : celui qu’ils portent sur eux-mêmes, sur leur vie, et celui qu’ils portent sur les autres, et sur le monde en général. Ils se sont essayés à la présence et au silence grâce aux exercices de pleine conscience (« mindfulness ») proposés par Isabelle, ont découvert le changement que provoquait le fait de percevoir nos propres forces/talents et ceux des autres. Ils se sont racontés leurs chemins de vie, et ont petit à petit discuté de leurs groupes d’appartenance, de leur perception d’autres personnes et groupes de personnes. Ils ont identifiés et nommés leurs propres préjugés, les ont reconnus.

A partir de mars, les deux classes se sont réunies en un seul et même atelier hebdomadaire. Ce qui jusque-là n’avait été qu’évoqué (les différences, la mixité, la diversité, les préjugés) s’est mué en expérience concrète : la rencontre de jeunes de leur âge appartenant à un milieu socioéconomique et culturel très différent du leur.

Ensemble nous avons traversé de grands moments de tension, et vécu d’intenses instants de joie et de partage. Chaque classe avait rédigé sa « lettre à l’humanité » de groupe, et ils se sont offert cette lettre qui parlait de leurs rêves et leurs peines d’aujourd’hui, façonnés par leurs visions du monde respectives. Ils se sont racontés des épisodes de leur vie, ont partagé sur les personnes qu’ils respectaient et pourquoi, les moments dans leur vie où ils avaient traversé leurs peurs, les histoires auxquelles ils avaient participé et dont ils étaient fiers,... Ils se sont racontés leur humanité, et ont petit à petit apprivoisé l’humanité de l’autre.

Le chemin ne fut pas sans embûches. Il y eut beaucoup d’incompréhensions, de malentendus, de frustrations parfois, de difficultés de communication, de conflits, même…

Et tant mieux ! Ces zones de tension, de colère, de tristesse, d’obscurité et de peurs font partie intégrante de qui nous sommes en tant qu’êtres humains, et ne pas les explorer aurait signifié passer à côté des enjeux réels que traversent nos sociétés plurielles aujourd’hui.

Il y a trois semaines, les ateliers se sont achevés sur un très beau moment partagé avec une partie des jeunes qui avaient pu se libérer pour un atelier supplémentaire. Tous ceux qui étaient présents l’étaient de plein gré, leur présence était ancrée et engagée : « on a envie d’avancer ! ».

A la fin de l’aventure, les jeunes ont co-créé une lettre à l’humanité racontant le chemin qu’a fait le projet en chacun d’entre eux et collectivement, leur vision commune pour la Bruxelles de demain, et leurs engagements en tant qu’acteurs pour l’avènement de ce nouveau vivre-ensemble ici. Ils ont également un rêve commun, duquel la lettre a découlé, et qui illustre cette vision en dessin et en couleurs. Enfin, ils ont décidé d’axes prioritaires pour leur action durant les mois à venir, et ont déjà des idées d’activités qu’ils souhaitent mettre en place pour « faire bouger les choses ».  

Leur rêve, en une phrase ? Il se retrouve dans leur lettre à l’humanité : « que l’inconnu soit source de curiosité plutôt que de peur »…

Lors de la discussion sur le chemin parcouru, voici un éventail des propos recueillis auprès des jeunes, « on a cru en nous, ça c’était le plus beau cadeau » …  « maintenant j'ai moins peur d'aller vers les autres et je comprends que c’est important » ... « aujourd'hui j'arrive à m'exprimer tranquillement sans avoir de crise cardiaque, j'ai confiance en moi, et dans le groupe » ... « ça n'a pas été facile, mais ça valait le coup »... « j'ai changé à l'intérieur »...

Je pense pouvoir parler au nom de tous les facilitateurs/animateurs des Ateliers lorsque je dis que cette aventure humaine a été un cadeau de la vie, un défi colossal qui nous a demandé de puiser dans toutes nos ressources de créativité au quotidien.

Une aventure aussi qui a permis de rendre concrets les défis auxquels nous faisons face aujourd’hui. La mixité entendue comme un « rapport harmonieux entre personnes originaires de différents milieux socioéconomiques et culturels » est loin d’être une réalité à Bruxelles aujourd’hui, et il faudra plus qu’un projet et 34 jeunes pour modifier cette réalité en profondeur.

Par contre, cette aventure m’a confortée dans l’espoir que je place dans la jeunesse bruxelloise. Si elle est à l’image des 34 jeunes des Ateliers, alors demain sera fait de belles surprises.  Ils sont talentueux, fougueux de vie et d’envies de découvertes, ils ont une réelle conscience sociale et, lorsqu’on leur donne l’opportunité d’explorer, de se mouiller, d’écrire et de vivre des choses différentes de leur quotidien, ils se montrent courageux et volontaires.

La foi que nous avons placée en eux était leur plus beau cadeau, et avec cette confiance comme dénominateur commun, je pense qu’ensemble nous sommes prêts à co-créer une maison qui puisse être le foyer de tous… 

Poursuivons ensemble cette réflexion et créons, chacun selon là où on se trouve, ces espaces de rencontre d’humains à humains.

J’ai confiance en nous… et vous :) ?

Merci à tous les doux fous qui nous ont suivis dans cette aventure <3 !

Views: 328

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Rituu B. Nanda on June 7, 2016 at 8:47pm

Thanks for this detailed post and beautiful picture. Very vivid!

Would you like to share this in youth competence group? You can share 2-3 sentences with the url of the blog. Here is the link to the group http://aidscompetence.ning.com/group/youthcompetence

Comment by Claude Theys on June 7, 2016 at 8:01pm

Bravo pour ce magnifique projet à toi Célicia et à toute l'équipe de la 'Lettre à l'Humanité'

Pour 'que l’inconnu soit source de curiosité plutôt que de peur' , 'poursuivons ensemble cette réflexion et créons, chacun selon là où on se trouve, ces espaces de rencontre d’humains à humains'.

L'Union fait la Force, alors en marche moussaillons...

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. http://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2018   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service