December 2016

In December I began a more formal application of SALT in the community I am working in. Up to now, I have been practising my communication techniques in how I interact with the wonderful residents on the urban inner city London estate on which I work. Our project is an informal, ABCD project where, a couple of days a week, we hang out at a borrowed social housing flat, inviting residents in for cups of tea and letting the ideas they naturally begin to speak about over a hot drink, take their course. We have been running this session for just 5 months and in this time we’ve seen many a story unfold. This has included a charming and empathetic grandmother from the traveller community, who is illiterate and has previously struggled with her confidence to lead a project, now leading a bingo club for local residents. Another time when two women were having a cup of tea, one told the other how she wished there were more empowerment courses for women and it so happened the other was a psychology student and interested in the very same thing. Not long ago they launched their bespoke course for their peers and neighbours. The course is now half way through and as well as supporting each other in their emotional development through cognitive behavioural therapy techniques, they now have a social media group where they arrange babysitting for each other, go to see each other if someone is feeling low, or needs a child picked up from school, or needs help sewing a school blazer etc. 
As I said, I’d decided to apply SALT in a more focussed group setting so, in December I ran an informal “Community Leadership” workshop for residents who regularly engage in our project and who I felt the SALT skills would benefit, both through the “receiving” of appreciation through the exercises I planned and through being able to perpetuate the SALT way in their own community networks. 

We had 5 attendants; all residents of Hackney but with different ethnic backgrounds. All were women and all were single mothers. All five of these women have been through traumatic experiences in their past. All are unemployed. And all through the time I have got to know them have demonstrated to me remarkable resilience in how they have overcome challenges. Lastly, all are passionate about their local communities. One runs the local primary school’s PTA, another volunteers at a local church, the third had been running poetry sessions before having gone through a phase of depression and had to stop, though she is slowly becoming involved again. Number 4 has had every possible trauma you could think of happen to her but is vastly empathetic and spends the majority of her time caring for family members and friends, being an ear to anybody who needs somebody to listen. Number 5 is the remarkable young lady above who is studying psychology part time whilst raising her child alone, living on very little means and doing her best to forge a career for herself.

We started with the very exercise that had first got me interested in SALT when Rituu had ran a session at the CDJ conference in Edinburgh a few years back. I asked the group to get into pairs and for A to tell B a story that made them proud.Though I was facilitating I had a partner who told me her story, so I did not hear the others but I could sense and see that it was an emotional but wonderful moment.

The story from my partner was as follows. K was proud of the fact that despite having gone through incredibly difficult times, and hitting rock bottom where her children were removed from her care, she realised she had a choice. And that choice was to realise the only way was up. She realised in that moment that she was naturally an empathetic person and that she had to put it to use. She went out her way to be nice to her neighbours, to be helpful and to be present. Every week she would speak to her elderly frail neighbour who had no washing machine and was often straining his arms and hurting his back doing his washing. She did not mention anything straight away because she knew he was a proud man and wouldn’t want anybody to know he needed help. As she became closer to him she told him “I am going to do your washing for you. You don’t need to tell anybody about it, I’ll get it done and bring it back.She made extra special care to bring back everything fresh and warm from the iron and neatly folded. In disbelief, her neighbour told her she was an angel. She said that in that moment she knew she had a purpose. Since then she has been volunteering at her local church, and makes it her business to know her neighbours and offer help where she can – whether that’s linking them into local sevices that they need or just being someone to talk to.

At the end of this exercise it was clear to feel in the room and uplifting aura; that everyone had been taken by surprise in noticing wonderful things about their selves.I then explained the SALT acronym and we reflected on how the initial exercise we have done reflected this communication technique. I introduced the following questions which we spoke about in a group, with everybody contributing
1. What is strength? 
2. What makes us human? 
3. What is a local response?

Interestingly it was the question “what is a local response” that produced the most passionate discussion. The participants were proud of their community and spoke about the many ways in which they had seen their community come together to deal with issues on hand. For example the area suffers from high levels of violence with fatal stabbings by rival teenage gangs; yet affected parents had come together to discuss ways to support each other in parenting and ways to look out for signs of children entering gangs, and providing them with different routes .

Another participant spoke about her love of poetry and how she felt the conversation about strengths in the community were reflected in a poem she had written about her neighbourhood called “my beautiful junk yard”

However the conversation progressed very naturally onto a following topic of which there was agreed consensus. That many local people knew there were great strengths to harness in the community but that these were not recognised or nurtured by local infrastructure. Many participants had been encouraged by local NGOs to volunteer, work with their communities, and indeed they do spend their time acting as “community connectors.” However this is where they felt that support stopped. It seems they felt no NGO, local authority etc. in the area had any interest in them beyond them reaching a certain point in development that fit their outcomes. The question of said residents actually being hired by and involved in the non-profit sector seemed non-existent. They were wanted as volunteers but not as employees and certainly not as leaders. They were there to be empowered by other people, not to empower others their selves. All felt strongly that not only was no effort put in place for this to happen but perhaps it was actively avoided. The notion of residents actually leading the development efforts in the area seemed to have been given no chance. In other words, many, whom are under great pressure from the job centre to be employed, who have great passion and skills in the area of community development, have no way of entering this field and working more formally for their communities.
For my next session with the group, I would really like to explore this further.


I held another workshop to follow up from the December one. In this workshop we followed the exact same format (starting with the question "What are you most proud of?" before moving onto "What is strength?" "What makes us human" and "what is a local response."

This time however I asked the participants who had been present at the first workshop to bring 3 neighbours or friends along with them, and this time, they facilitated the session in small groups and altogether. 

As they facilitated I made a conscious effort to sit back and not intrude. I wanted the conversations to feel authentic and for the ladies facilitating to really get into their zone without feeling as though I was watching and judging in anyway; so as they sat having enthusiastic and engaging conversations, I busied myself making tea and serving biscuits.

The ladies decided for the last few questions to bring the group together as a whole and have a group conversation.

What really struck me was just how much of an impact the notion of SALT had made on the women, and their reflections on the impact of the questions we had used. In turn I could see that this was resonating with the newer participants; the sheer strength of aknowledging strength and the possibilities this could hold for their community. We left the session in a state of excitement and buzz, with everyone saying "this is great! what can we do next?"

Luckily the support of my triad learning team will help me create the space for the next session in which I have no doubt these wonderful women will start to create their shared dream.

Finally here are some pictures below and also a video of one of our participants speaking about the impact of the question "What are you most proud of?"

http://www.youtube.com/watch?v=04LowTGEtyM&t=51s

Views: 96

Comment

You need to be a member of Community life competence to add comments!

Join Community life competence

Comment by Priya Loomba on April 7, 2017 at 12:32am

Thank you so much for the wonderful comments. Marie I will share this reflection with the women. I think they would find it really warming and affirming. Paula thank you so much for translating this into french. How wonderful that you took the time to do this. Jean Louis, the women watched the video you posted and were practically shouting YES! at everything Hilary Cottam said. They would love for us to think about getting in touch. Lots of food for thought!

Comment by Marie Lamboray on March 29, 2017 at 1:52pm

Hello Priya,

Thank you for this wonderful blog. You probably know about this since you are part of a triad, but the practices of the AIDS Competence self-assessment used to be imposed. The Hackney ladies already have many of these practices:

 

1. acknowledgement (leading the development effort in the area)

We acknowledge that we have a common dream, we talk freely about our dream and we resolve to take action to get closer to the dream.

2. inclusion (the grandmother who leads a bingo club)

We recognise that all members of our community have a voice to define issues and a right, responsibility and capacity to contribute to their solution.

3. care (for ex. K. speaks to her neighbour)

All of us receive the attention and care we need.

4.  linking (for ex. K. helps her neighbour)

Because we care, we take action.

5. vulnerabilities (parents and gangs)

We analyse our own vulnerabilities and act on them.

6.  relationships (for ex., the two ladies who started empowerment courses for women)

We cultivate our relationships to allow all of us to live to our full potential.

7. transfer (what you did:)

We are inspired by the experience of other communities and we share our own experience.

8. checking on progress

To learn from our experience, we check on our progress and adapt our actions.

9. ways of working

We continuously improve our ways of working.

10. resources

We mobilise our own resources and external resources as appropriate. 

 

Pour les lecteurs francophones:

Bonjour Piya,

Merci pour ce magnifique blog. Tu le sais sans doute déjà puisque tu fais partie d’une triade mais, il y a quelques années, les pratiques de l’auto-évaluation de la compétence pour la lutte contre le sida étaient imposées. Les habitantes de Hackney ont déjà plusieurs de ces pratiques :

- acceptation (diriger les efforts de développement dans la zone)

Nous reconnaissons que nous avons un rêve commun, nous en parlons librement et nous sommes résolus à agir pour nous en approcher

- inclusion (la grand-mère qui mène à bien son projet)

Nous reconnaissons que tous les membres de notre communauté ont une voix pour définir les enjeux et le droit, la responsabilité et la capacité de contribuer à leur solution.

- care (K. discute régulièrement avec son voisin)

Tous les membres de notre communauté reçoivent l’attention dont ils ont besoin

- lien (K. aide son voisin)

Parce qu’elle se soucie de ses membres, la communauté agit.

- vulnérabilités (parents et gangs)

Nous analysons nos vulnérabilités et nous nous efforçons à les réduire.

- relations (par ex., les deux habitantes qui ont lancé des cours de promotion sociale)

Nous cultivons nos relations pour permettre à tous de vivre selon son plein potentiel.

- transfert (ce que tu as fait :)

Nous apprenons des expériences d’autres communautés et nous partageons les nôtres. 

- suivi

Nous faisons le suivi de nos progrès.

- « façon de travailler »

Nous améliorons continuellement notre façon de travailler

- ressources

Nous mobilisons d’abords nos propres ressources et des ressources externes quand c’est nécessaire.

 

Comment by Paula da Silva Mendonça on March 27, 2017 at 9:08pm

pour nos amis francophones, voici la traduction udu témoignage de Priya


Décembre 2016

En décembre, j'ai commencé une application plus formelle de SALT dans la communauté dans laquelle je travaille. Jusque là, j'avais appliqué mes techniques de communication pour interagir avec les merveilleux résidents de l’urbaine London Inner City, où je travaille. Notre projet est un projet informel ABCD où, quelques jours par semaine, nous assurons une présence dans un logement social mis à notre disposition, invitant les résidents à prendre le thé et laissant les idées émerger naturellement autour d'une boisson chaude. 

En 5 mois de sessions, nous avons déjà vu beaucoup d’histoires se dérouler dont celle d’une charmante et sympathique grand-mère de la communauté du voyage. Illetrée et manquant d’assurance pour mener un projet, aujourd’hui elle anime un club de bingo pour les résidents locaux.

Une autre fois, alors qu’elles prenaient une tasse de thé, une dame dit à l'autre comme elle souhaitera  qu'il y ait plus de cours de prise en charge destiné aux femmes. Il se fait que l’autre dame est une étudiante en psychologie s'intéressant au même sujet. Il n'y a pas longtemps, elles ont lancé leur formation pour leurs pairs et voisins. Le programme est maintenant à mi-chemin et en plus de se soutenir mutuellement dans leur développement émotionnel par le biais de techniques de thérapie cognitivo-comportementale, elles animent un groupe dans les médias sociaux pour se soutenir les unes les autres, organiser les babysitting ou aller visiter qui se sent plus faible, organiser un ramassage scolaire ou simplement l’aide pour coudre un vêtement scolaire.

Comme je l'ai dit, j'avais décidé d'appliquer le SALT dans un groupe plus focalisé. En décembre, j'ai organisé un atelier informel de «leadership communautaire» pour les résidents qui participent régulièrement à notre projet et à qui j’ai pensé que les compétences SALT profiteraient. Au travers de la «réception» de l'appréciation et au travers des exercices que j'ai planifiés ils seront à même de perpétuer l’approche SALT dans leurs propres réseaux communautaires.

Nous avions 5 participantes, toutes des résidentes de Hackney mais avec des origines ethniques différentes. Toutes étaient des femmes et toutes étaient des mères célibataires. Ces cinq femmes ont vécu des expériences traumatisantes dans leur passé. Toutes sont au chômage. Et tout au long de nos rencontres, elles ont fait preuve d’une résilience remarquable dans leur façon de surmonter les défis. 

Enfin, toutes sont passionnées par leurs communautés locales. L'une dirige l’association des parents d’élèves, l’autre est volontaire à la paroisse locale, la troisième organisait des séances des séances de poésie avant d'avoir traversé une phase de dépression l’obligeant à s’arrêter (elle est recommence tout doucement à s’impliquer). La quatrième a eu tous les traumatismes possibles que vous pouvez imaginer, mais est très empathique et passe la majorité de son temps à s'occuper de membres de la famille et les amis, à prêter une oreille à qui en a besoin. La cinquième  est la jeune femme remarquable ci-dessus qui étudie la psychologie à temps partiel tout en élevant son enfant seule, vivant avec très peu de moyens et faisant de son mieux pour se forger une carrière pour elle-même.

Nous avons commencé par l'exercice même qui m'avait d'abord intéressé à SALT quand Rituu avait tenu une session à la conférence CDJ à Edimbourg il y a quelques années. J'ai demandé au groupe de constituer des paires et que A dise à B une histoire qui les rendant fières. Bien que je facilitais, j'avais une partenaire qui m'a racontée son histoire, donc je n'ai pas entendu les autres, mais je pouvais sentir et voir que ça a été un moment émotionnel mais merveilleux.

L'histoire de ma partenaire était la suivante. K était fière du fait qu'après avoir traversé des moments incroyablement difficiles et touché le fond au moment  où ses enfants lui ont été retirés, elle a réalisé qu'elle avait un choix. Et ce choix était de réaliser que la seule façon était de remonter la pente. Elle réalisa aussi en ce moment qu'elle était naturellement une personne empathique et qu'elle devait  se servir de cette empathie. 

Elle a fait son possible pour être gentille avec ses voisins, pour être utile et pour être présente. 

Chaque semaine, elle parlait à son vieux voisin frêle qui n'avait pas de machine à laver et se faisait mal au dos en faisant sa lessive à la main. Elle n’en a pas parlé tout de suite parce qu'elle savait qu'il était un homme fier ne voulant pas que l’on sache qu'il avait besoin d'aide. Alors qu'elle le connaissait mieux, elle lui dit: «Je vais faire votre lessive. Vous n'avez pas besoin de le dire à personne. Je vais le faire et vous la ramener.”  Elle a eu soin de tout ramener tout frais, encore chaud du repassage et soigneusement plié. Incrédule, son voisin lui dit qu'elle était un ange. Elle a dit qu'à ce moment elle savait qu'elle avait un but. Depuis lors, elle fait du bénévolat à son église locale et a fait son affaire de connaître ses voisins et d'offrir de l'aide là où elle peut, que ce soit en les reliant aux services locaux dont ils ont besoin ou tout simplement  en étant quelqu'un à qui parler.

À la fin de cet exercice, on pouvait ressentir l’atmosphère de bienveillance. Tout le monde avait été pris par surprise en remarquant des choses merveilleuses sur eux-mêmes. J'ai ensuite expliqué l'acronyme SALT et nous avons réfléchi sur la façon dont l'exercice initial que nous avions fait illustrait cette technique de communication.

J’ai présenté les questions suivantes à débattre en groupe avec la participation de tous :

1. Qu'est-ce que la force?

2. Qu'est-ce qui nous rend humain?

3. Qu'est-ce qu'une réponse locale?

Fait intéressant, c'était la question «ce qui est une réponse locale» qui a produit la discussion la plus passionnée. Les participants étaient fiers de leur communauté et ont parlé des nombreuses façons dont ils avaient vu leur communauté se réunir pour traiter les questions présentées.

Par exemple, la région souffre d'un niveau élevé de violence avec des coups de couteau mortels parmi des gangs adolescents rivaux. Les parents touchés se sont réunis pour discuter des façons de se soutenir mutuellement dans leur rôle de parent et des manières de détecter les signes des enfants s’enrôlant dans  les gangs afin de leur proposer des alternatives.

Une autre participante a parlé de son amour de la poésie et comment, selon elle,  les échanges autour de la force de la communauté avaient  été reflétés dans un poème qu'elle avait écrit sur son voisinage “ma belle décharge”.

Cependant, la conversation a progressé très naturellement vers un sujet sur lequel il y avait consensus: que beaucoup de personnes savaient qu'il y avait de grandes forces à exploiter dans la communauté, mais qu'ils n'étaient pas reconnus ou soutenus par l'infrastructure locale. 

Beaucoup de participants ont été encouragés par des ONG locales à faire du bénévolat, à travailler avec leurs communautés et, en fait, ils passent leur temps à jouer le rôle de «connecteurs communautaires». 

Mais le support s’arrêtait là : ces ONG, autorités locales, etc. ne montraient plus d’interêt dès lors que leurs objectifs étaient atteints. La question de savoir si ces résidents étaient effectivement embauchés par le secteur sans but lucratif semblaient inexistante. Ils étaient recherchés comme bénévoles mais pas comme des employés et certainement pas comme des leaders. Ils étaient là pour être habilités par d'autres personnes, et non pour habiliter autrui. Tous estiment que non seulement aucun effort n'a été mis en place pour que cela se produise mais peut-être que cela a été activement évité. La notion de résidents dirigeant réellement les efforts de développement dans la zone semblait n'avoir eu aucune chance. En d'autres termes, beaucoup d'entre eux,  soumis à de fortes pressions de la part du centre pour l’emploi à trouver un travail, qui ont une grande passion et des compétences dans le domaine du développement communautaire, n'ont aucun moyen d'entrer dans ce domaine et de travailler plus formellement pour leurs communautés.

Pour ma prochaine session avec le groupe, j'aimerais vraiment approfondir cette question.

J'ai tenu un autre atelier pour donner suite à celui de décembre. Dans cet atelier, nous avons suivi le même format (en commençant par la question «De quoi êtes-vous le plus fier?» Avant de passer à «Qu'est-ce que la force?» «Ce qui nous rend humain» et «ce qui est une réponse locale».

Cette fois cependant, j'ai demandé aux participants qui étaient présents au premier atelier d'amener 3 voisins ou amis avec eux, et cette fois, ils ont facilité la session en petits groupes.

Comme ils ont facilité, j'ai fait un effort conscient pour m'asseoir et ne pas m'immiscer. Je voulais que les conversations soient authentiques et que les dames se sentent dans leur élément sans avoir l’impression que je les regardait et jugeait de quelque façon que ce soit. Alors que tous étaient assis et engagés dans des conversations enthousiastes, je me suis occupée en faisant du thé et en servant des biscuits.

Les dames ont décidé, pour les dernières questions de rassembler le groupe dans son ensemble et d'avoir une conversation de groupe.

Ce qui m'a vraiment frappé, c'est l'impact de la notion de SALT sur les femmes et leurs réflexions sur l'impact des questions que nous avions utilisées. À mon tour, je pouvais voir que cela résonnait avec les nouveaux participants; La force d'une force reconnue et les possibilités que cela pourrait avoir pour sa communauté. Nous avons quitté la session dans un état d'excitation et de buzz, avec tout le monde disant "c'est très bien, que pouvons-nous faire ensuite?"

Heureusement, le soutien de mon équipe d'apprentissage en triade m'aidera à créer l'espace pour la prochaine session dans laquelle je ne doute pas que ces merveilleuses femmes commenceront à créer leur rêve partagé.

Enfin voici quelques photos ci-dessous et aussi une vidéo de l'un de nos participants parlant de l'impact de la question «De quoi êtes-vous le plus fier?

Comment by Jean-Louis Lamboray on March 23, 2017 at 10:05am

What a rich posting! 

Does this presentation by Hilary Cottam resonate with the women's experience? 

Should we try to connect with her?

Greetings from Kerala

JL

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. http://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2018   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service