Les pratiques, vous savez cette étape délicate du Processus CCV qui arrive juste après le Rêve et avant l'auto-évaluation?

L'équipe de Soutien Mondiale pense à apporter plus d'attention à cette étape en l'ajoutant comme une étape additionnelle au processus entre le Rêve et l'AE.

Comme nous sommes en train d'essayer de donner plus de poids à cette étape, nous souhaitons apprendre de vous et capitaliser l'expérience autour de la facilitation de cette étape.

  • Comment facilitez-vous la formulation des pratiques par les communautés? 
  • Pourquoi cette étape est-elle importante? 
  • Histoires des fois où vous avez facilité cette étape et ou vous l'avez trouvé utile.

Le SALT et le Processus CCV ont toujours été vivant et changeant à mesure que l'on a appris des expériences, merci de partager votre expérience ci-dessous.

Merci beaucoup 

Laurie pour l'équipe Mondiale de Soutien 

Views: 103

Reply to This

Replies to This Discussion

Notre expérience lors des ateliers de formation à l’approche:

Nous commençons par les questions ci-après à l’étape 1

Concepts clés de la compétence.

Les participants sont amenés à répondre aux questions en guise de porte d’entrée.

  1. Qui sommes-nous ?
  2. Que signifie selon nous la capacité humaine ?
  3. Qu’est-ce qu’une communauté ?
  4. Que signifie pour nous la capacité communautaire ?
  5. En tant qu’êtres humains, quelle est selon nous, la limite de la capacité humaine ou de la capacité communautaire à relever les grands défis de la vie ?
  6. Quelle est notre vision de la capacité humaine pour le développement de réponse locale aux défis de la vie?

 

A l’étape 2 : le rêve

Nous faisons :

La consolidation des visions pour en tirer une vision partagée et consensuelle.

L’Exploration des Changements désirés et des capacités en place.

De cette exploration sortiront les pratiques.

Sur le terrain, voici le cadre méthodologique que nous utilisons

 

 

Attachments:

Merci Alfousseyni Sangaré for your experience from Mali. I have put it as a response instead of the attachment. Warm greetings from Delhi.

Je voulais réagir à la requête de Laurie et du GST concernant les expériences de facilitation de l’étape des pratiques.

Pour ma part, cela fait très peu de temps que je facilite le processus, mais depuis que j’ai fait la formation en ligne j’ai eu l’occasion d’accompagner quelques groupes.

Et après une discussion avec Laurie, je réalise que je dois partager mon expérience et que cela peut éventuellement faire avancer la réflexion autour de la place de l’étape des pratiques dans le processus.

Pour ma part, je ne suis jamais parvenu à faciliter les pratiques après le rêve. Cette étape est toujours venue en amont du rêve commun. Comme une étape pour aller du je vers le nous.

Je vais ici expliquer comment j’ai adapté le processus pour répondre aux attentes et correspondre aux groupes avec lequel j’ai travaillé.

Depuis mon implication dans les triades du Programme SALT en Ligne, j’accompagne un groupe de personnes qui se lancent dans la transformation d’une association en SCOP, gérant un magasin d’alimentation et de produits biologiques. Quand j’ai proposé de les accompagner avec le processus CCV, le groupe était en plein questionnement sur leur identité et leur rêve pour la suite.

Pour la formulation du rêve et des pratiques j’ai quelque peu adapté le processus pour permettre une co-construction et une réelle appropriation tant du processus que du projet.

Pour le rêve j’ai commencé par faire faire le rêve individuel à chaque membre de l’équipe. Suite à cela ils ont fait un exercice d’écoute active par deux. La personne qui écoutait le rêve de l’autre présentait ensuite le rêve de son coéquipier en plénière.

Pendant ce temps de présentation, il y avait un rapporteur qui notait chaque idée des rêves individuels sur un post-it (une idée par post-it).

Nous nous sommes retrouvés avec une série de post-it sur le mur (Voir ci-après)

 

Ensuite, les post-it ont été regroupés ensemble autour de thématiques communes aux idées de chaque post-it.

Cette étape a pris beaucoup de temps et le retour des participants était assez négatif sur cette étape. Ils ont trouvé cela ennuyeux et long.

Néanmoins j’ai puisé dans les quelques énergies encore présentes pour demander au groupe de formuler des pratiques sur base des thématiques identifiées et des mots idées mentionnées dans les post-it.

J’ai guidé le groupe pour qu’ils formulent des pratiques sous la forme suivante : NOUS + verbe orienté vers l’action.

Ils sont parvenus à formuler 8 pratiques :

1- Nous rayonnons ;

2- Nous partageons ;

3- Nous nous déplaçons de façon douce ;

4- Nous coopérons ;

5- Nous transmettons ;

6- Nous marquons nos différences ;

7- Nous respirons ;

8- Nous vivons avec la nature.

 

A ce stade, nous n’avions pas encore un rêve commun. J’ai souhaité faire en sorte que le rêve commun puisse être formulé de manière artistique et créative. J’ai donc impliqué une amie à moi, art-thérapeute avec laquelle nous avons imaginé un processus pour parvenir à une réalisation commune qui utilise l’art plastique et visuel.

A partir des post-it reprenant les rêves de chacun, on leur a proposé de faire une vignette (une image ou une sorte de storyboard) en utilisant le support artistique de leur choix (peinture, collage, couture…).

En groupe de trois, chaque groupe travaillant sur 3 pratiques. Pour chaque pratique ils se sont référés aux mots des post-it pour réaliser les vignettes. Chaque mot était représenté par une vignette (image ou storyboard).

Ensuite en plénière, on a disposé les vignettes horizontalement sur le mur comme pour raconter une histoire. Chaque pratique étaient représentées horizontalement par une série de vignette (environ 5 vignettes par pratique) (voir photo).

En cercle les membres de chaque groupe présentent aux autres leur réalisation et le sens des images représentées.

Un mois et demi après cela, nous nous sommes revus pour poursuivre la co-construction du rêve commun.

Nous avons repris les vignettes et nous nous sommes replongé dans le contexte et le sens des images.

Nous avons alors demandé au groupe de sélectionner les vignettes qui leur permettaient de raconter leur rêve comme un histoire, les vignettes qui avaient de l’importance pour eux.

On leur a alors demandé de classer les vignettes dans un ordre narratif qui leur permet de raconter l’histoire de leur rêve.

Lors de ce processus, ils ont de suite fait référence à l’arbre comme ordre de présentation, avec les racines et l’histoire du projet, le tronc et les branches. (Voir image)

Sophie leur a proposé de faire la narration écrite de cette histoire, ils ont écrit à 8 un texte qu’ils ont ensuite souhaité déclamer en musique.  

Pendant tout ce processus, Sophie filmait et faisait des captures de sons.

Moi, je facilitais les échanges, j’appréciais leur démarche et leur faisait des feedback (sous forme de questions ouvertes le plus souvent). J’étais hors de leur cercle de travail pour interférer le moins possible dans leur réflexion.

La prochaine étape est pour nous de faire le montage du film.

Depuis je les ai revus pour faire l’auto-évaluation.

Je les ai invités à reprendre les pratiques développées précédemment et de voir si elles correspondaient toujours à leur rêve et si elles faisaient encore sens aujourd’hui. Certaines ont disparu, d’autres ont été modifiées parce qu’ils se sont rendus compte que c’était plus des valeurs que des champs d’actions pour la suite.

Ils sont parvenus à identifier 5 pratiques :

  • Nous tissons des liens ;
  • Nous scoopérons ;
  • Nous marquons nos différences ;
  • Nous partageons ;
  • Nous cultivons la terre et la terre nous cultive.

En plénière ils ont expliqué ce qu’ils mettaient derrière ces pratiques pour une meilleure compréhension commune. Puis ils se sont auto-évalués sur là où ils sont actuellement.

 

J’ai une autre expérience à peu près similaire avec la facilitation des pratiques.

Je me rends compte que je ne suis jamais parvenue à faciliter le rêve commun avant les pratiques.

Pour cette seconde expérience, il s’agit d’un conseil interparoissial de l’Eglise catholique.

Certaines personnes du groupe étaient mal à l’aise avec l’idée du dessin ou du collage qu’ils trouvaient trop enfantins. Ils s’y sont tout de même essayés pour le rêve individuel. Chacun a mis en image et/ou en mots son rêve. Je leur ai demandé de partager par deux leur rêve individuel et en plénière celui qui écoutait présentait le rêve de l’autre.

Sur un tableau j’ai noté les idées qui sont ressorties de leurs rêves individuel.

Nous avions devant nous un ensemble d’idées. J’ai noté chaque idée sur un post-it et nous avons alors regroupé par thèmes génériques qui ont émané de ces idées.

A partir de là, j’ai encouragé la formulation de pratiques sous la forme : Nous + Verbe orienté vers l’action.

Le groupe est parvenu à formuler 6 pratiques.

Nous cheminons joyeusement vers un engagement communautaire

De nos différences nous faisons notre force

Nous agissons pour construire notre avenir

Nous invitons à la participation

Nous prenons soin de l’Autre

Nous portons la parole de Dieu

Pour un participant c’était difficile de comprendre le sens de cette étape de « nommer » des pratiques. Il n’aimait pas le côté « générique », « bonne parole », un peu « bateau » des énoncés des pratiques. Il a laissé le groupe faire.

A partir de là, puisqu’ils ne voulaient pas vraiment dessiner, je leur ai proposé de matérialiser leur rêve par un texte ou une prière.

Ils ont trouvé l’idée super et ont souhaité faire une prière qu’ils ont pu lire pendant la messe qui suivait la rencontre.

« Prions pour notre communauté,

Afin qu’imprégnés de la Parole de Dieu,

Nous prenions soin de notre Prochain

Et agissons ensemble

Pour construire notre avenir »

Merci à Laurie de m'avoir GRANDEMENT aidée à écrire ce post !!!!!

What an excellent post Lysiane. Thank you. Also thanks to Laurie for the writing support. I have a question. At point did the group feel that their individual dreams were connected to others dreams? I have faced situations where people do not relate to some dreams of others.

Good question Rituu !

In the first group (the SCOP), they had very similar individuals dreams.

It was easy for them to make a collective dream.

In the second group (catholic group), the dreams were differents but everybody recognized his individual dream in the collective dream. We have a new meeting to work about the practises. We'll resume the collective dream to be sure that they agree about it.

It's interesting, I have the impression that they look more at the collective dream than at the individual dream. 

May be it is a twist...
What do you think ? What is yours experiences ?

Thanks for your quick response! Happy to learn from you.

Common dream brings people together...that is my experience:-)

Long live the CLCP and the SALT !

:o)

RSS

Join as Constellation member

Join as a member of the Constellation & work towards the shared dream. http://aidscompetence.ning.com/profiles/blogs/are-you-in-working-towards-constellations-dream

Social Media

Newsletter EnglishFrench Spanish  

Facebook https://www.facebook.com/pages/The-Constellation/457271687691239  

Twitter @TheConstellati1



© 2017   Created by Rituu B. Nanda.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service